Le site des bébés nageurs
à la piscine de Saint Chamond

PAPA et MAMAN SAUCISSON font trempette avec leur bébé

0 Posté le vendredi 27 janvier dans Blog

« AU SECOURS j’étouffe »

D’ailleurs bébé s’en souvient de ces premières séances-là.

Papa et Maman avaient décidé de m’emmener aux bébés-nageurs. Ils avaient eu peur de l’eau, et pensaient que moi aussi je risquais la contagion. Je me souviens même de ce premier jour, où avec beaucoup d’appréhension et en me portant dans leurs bras d’abord, ils m’avaient approché de l’eau. Si au début, Papa hésitant beaucoup avait préféré que Maman me porte dans ses bras, d’un seul coup, sans comprendre pourquoi j’avais changé de bras et de position, pour me retrouver à plat-ventre, prêt à faire un atterrissage, que dis-je ? un amerrissage forcé , pour ne pas dire un aquaplaning catastrophique, tant l’eau se rapprochait de mon ventre à vitesse grand V. Je la sentais même effleurer mon ventre et ma bouche qu’elle allait envahir. Une sorte de largage en parachute, depuis les bras douillets de Maman, mais sans le parachute bien sûr ! A la place de grosses tenailles, pleines des dix doigts de Papa, qui me serraient la poitrine et amorçaient un virage sur l’aile, au raz de l’eau, façon hors-bord, de chez Zodiac.  « Je le mets sur le ventre , pour qu’il nage, on va bien voir !»

Non , vous ne rêvez pas ! Le cauchemar s’arrêta lorsqu’un animateur s’approcha. Papa, en chef d’escadrille, certes, mais pas trop téméraire tout de même, ne m’avait pas lâché. OUF !

« Prenez-le plutôt dans vos bras et contre vous, il a besoin de se sentir rassuré. Il aura bien le temps d’apprendre à nager. Faites-lui découvrir le bassin, tout en le gardant assis contre vous. Ce sera plus confortable pour son cou » .

 

Plutôt sympa le Commandant de la base aéronavale ! Il paraît qu’il a le grade d’animateur, mais je vois pas bien ses galons sur son maillot de bain. Et me voilà appuyant mon dos contre le ventre de Papa, et accompagné de Maman, toute surprise, nous partons à la découverte de cette drôle de base, où flotte tout un tas d’objets, où des enfants sautent, plongent, coulent, éclaboussent, se promènent aussi comme moi.

C’était pas mal ! Sans boussole ni GPS, on a découvert plein de trucs marrants. Je me disais même que je reviendrais bien… quand d’un seul coup CATASTROPHE ! ça a recommencé. Non, pas le parachutage, mais les deux grosses tenailles pleines des dix doigts de Papa. Il m’a écarté de lui, les bras tendus, tout en me tenant très serré, de peur que je coule, et m’a dit :  « Allez bouge tes pieds, nage !!! » . « Commandant, sauve qui peut !». Heureusement qu’il m’avait vu ; il les mérite ses galons. Il a raconté à mon papa, que c’était normal d’avoir peur pour son bébé, au début. On tenait son bébé tellement serré, qu’on le transformait en « petit saucisson » .  « D’ailleurs on voit même les traces ». Et d’un seul coup j’ai pu respirer. Et bien, il les mérite vraiment ses galons celui-là. Il lui a dit aussi qu’en me portant légèrement sous les bras je pouvais flotter ! Maman a voulu essayer, puis Papa aussi, puis encore Maman. C’est devenu un jeu. Le  petit saucisson a fait le Schuttle, la navette entre Papa et Maman avec un gros bisou après chaque traversée. Alors j’ai commencé à sourire, à agiter mes petits pieds. « Regarde, il nage ». « Mais non je me lâche… Avant j’étouffais, maintenant je découvre ».

 

Finalement, vraiment sympa ce Commandant ; il nous a ouvert de nouveaux horizons et peut-être évité la contagion. Je me demande si je ne vais pas m’engager ; il paraît qu’ils recrutent dans la Marine. Pour l’Aéronavale on verra plus tard…, la plongée sous-marine j’y songe. Au fait, Commandant, c’est comment sous l’eau ?

 

« Histoire à suivre petit moussaillon… ».

 

Bernard HOARAU
Professeur Agrégé d’EPS
Animateur BB PLOUF  ST Chamond